Sjees & Traineaux

[fikraticker]

…: Les Sjees, voiture d’attelage si typiquement Frison

La Sjees est une ancienne, l’on peut déjà parler d’antique voiture d’attelage à deux roues. Dans le temps, elle était utilisée par de riches fermiers pour se rendre à l’église ou encore pour la sortie dominicale avec la fermière. Vous avez, très certainement, tous,  déjà vu une photo de cette « curieuse » voiture haut perchée. Ces voiture sont très anciennes, la plus ancienne encore existante date de 1772. Le mot sjees a été emprunté du mot français « chaise ». Il est vrai qu’en regardant plus attentivement, la sjees semble vraiment s’apparenter à une chaise sur roues.

sjees1

L’apogée de l’utilisation de la sjees se situe au début du 18ème siècle. Ces voitures étaient alors richement mises en valeur et artistiquement décorées. Il existe bien évidement des sjees plus discrètes, cependant celles-ci ne sont pas répertoriées dans le stud-bock des sjees, étant des reproductions contemporaines.
Les sjees ont toutes la même structure de base. Contrairement aux règles habituelles de menage , le meneur est assis à gauche, tandis que Madame prend place à droite. La caisse de la sjees est peinte soit en vert sapin ou en noir et est très richement décoré. Le meneur est assis plus haut que le cheval. Le siège en forme de banquette est fixé à l’aide de bandes en cuir au châssis de la voiture. Et bien que, plus tard, des suspensions en acier, à ressorts à lames plus résistants, firent leur apparition, les fabricants de la sjees restèrent fidèles aux suspensions à bandes de cuir. Le cadre de la voiture est composé de deux longs brancards qui reposent sur l’axe. Les brancards, les roues et le cadre de la sjees sont majoritairement en blanc, plus rarement en noir ou vert sapin. Il existe aussi des sjees hollandaise qui sont de couleur rouge foncée. Les roues des sjees peuvent atteindre une hauteur de 1.50 m et sont inclinées vers l’intérieur à la base, cela devant éviter au passagers d’être éclaboussés, les sjees ne possédant pas de gardes boues pour protéger les occupants.

Concernant les spécificités du harnachement, le blanchet est doublé d’une pièce de cuir blanc,  les guides et les traits sont également toujours blancs. Les têtières des chevaux quand à elles sont richement décorées. La caisse de la voiture est en bois cintré et enrichies de décorations uniques. L’assise de la voiture est recouverte de tissus qui comme les coussins est ornée de damiers piqués et de galons. Chaque sjees est un modèle unique, il n’en existe pas deux identiques. Les sjees ont été fabriquées, selon les traditions des constructeurs de voitures d’attelage anciennes, jusqu’au milieu du 19ème siècle. De nos jours, il est possible de trouver des reproductions de sjees traditionnelle effectué par des fabricants contemporains sur la base des plans d’antan.  Toutes les sjees traditionnelles et originales sont actuellement en possession de musées ou font parties de patrimoines familiaux. Ce qui ne veut pas dire qu’elles ne soient plus utilisées, en effet, en été elles sont souvent louées. Dans le stud-book des sjees, sont enregistrés toutes les sjees traditionnelles. Une fois toutes les mesures de la voiture rigoureusement relevées et une description détaillée effectuée, la sjees est alors inscrite au stud-book avec le nom et le numéro d’identification qui lui auront été attribué. Ce numéro est ensuite gravé sur une plaque en cuivre et fixé à la sjees.sjees2

Pour conduire une sjees, il faut se conformer à des règles strictes. Ne peuvent monter dans la sjees, que des personnes portant le costume d’origine de la province de Frise. Ce costume n’est pas, à proprement parler, un costume folklorique, il est plutôt  représentatif de la mode du milieu du 19ème siècle. Les occupants des sjees n’étant pas uniformes, contrairement aux costumes folkloriques, il en résulte un tableau très coloré, lors des manifestation.

La dame revêt une robe longue ornée d’un tablier en dentelle et un col blanc. Elle porte également une coiffe en métal doré, ornée d’une dentelle blanche à laquelle sont souvent fixés des boutons en or. Cette coiffe fait d »ailleurs toute la fierté de la dame. Le meneur porte un costume noir avec des pantalons cours prolongés de longues chausses tricotées en laine bleue claire et un cylindre en guise de couvre chef. De nos jours des compétitions d’attelage sont toujours organisés avec ces sjees. Lors de ces compétitions, il convient de commencer par deux tours à main gauche puis changer de main sur la diagonale pour finir par deux tours à main droite. Les équipage sont alors jugés sur les allures typiquement frisonnes, leur régularité mais également sur l’état de restauration de la voiture. Les meilleurs équipages se confrontent dans un deuxième passage, et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’un vainqueur soit prononcé. Comme beaucoup d’Étalons reproducteurs prennent part à ces compétitions, elles jouissent d’une grande popularité. Ainsi l’attelage de la sjees, compte comme l’une des plus anciennes applications dans lequel  le Frison est, encore aujourd’hui, utilisé de façon identique à celle de centaines d’années et vous n’en douterez pas, où il excelle…

Photos :
En haut: attelage Frison anonyme du 46ème concours d’attelage à Buitenpost/Province de Frise
An bas: Ulke 338 au premier plan, avec son compagnon d’écurie Tjitte-Anne

..: Le Traîneau

Le traîneau est quasiment une version « spéciale hiver » de la sjees. Il existe beaucoup de formes et de couleurs différentes pour les traîneaux, cependant ils ont tous un point commun : le meneur prend place à l’arrière du traîneau sur une assise en bois de forme longiligne fixée dans le prolongement de la caisse du traîneau.   Les traîneaux d’origines sont soumis aux même règles que les sjees, ils sont enregistrés au stud-book et connaissent le même prestige.
Les traîneaux étaient notamment utilisés, tout comme les sjees en été, pour se rendre à l’église le dimanche etc, mais également, pour participer à des compétitions sportives. Il n’est pas rare du tout de voir le même « design » (concernant couleur et ornements) utilisé pour la sjees, que pour le traîneaux, au sein d’une même famille. Tout comme pour les sjees, il convient de porter les costumes typiques de la Frise lors d’une sortie en traîneau de tradition.

Contrairement à l’attelage de la sjess, pour l’attelage du traîneau le cheval mis à l’honneur est quand à lui magnifiquement harnaché. Il est orné d’ un bonnet d’oreilles surmonté d’un plumeau, un chabraque est surmonté d’une magnifique clé d’attelage surmontée de 3 clochettes et ornée de crins colorés, le tout étant généralement de la même couleur, mais le plus important étant l’écharpe de cuir de couleur assortie et ornée de grelots, finissant par un pompon. Contrairement à la sjees où les guides sont toujours blancs, et quelque soit la couleur de celle-ci,  pour le traîneau les guides sont, quand à eux, généralement de la couleur du traîneau et peuvent à titre d’ exemple, être aussi bien bleus que rouges.

arresleden-1

A l’arrière des patins du traîneau sont fixés de chaque côté un crochet qui est maintenu en l’air par un système de ressort. Selon les besoins, le meneurs peut alors les activer individuellement au pied, soit pour soutenir au changement de direction ou ensembles pour freiner l’équipage. Pour palier à l’absence de neige, certains traîneaux sont équipés d’ un système amovible de roues gonflables qui se fixe aux patins. Cette structure est fréquemment équipée de trois petites roues pneumatiques. De cette façon, même si l’hiver manque de neige, les compétitions peuvent avoir lieu, et il est également possible de présenter les traîneaux au public lors de spectacles ou lors de manifestations diverses.

Laisser un commentaire